Connexion

    ACTUALITÉS    MODELISME


Le Canot Impérial en bouteille

Le flacon, ancien en verre soufflé bleu-vert légèrement bullé avec quelques traces d’usage (déformations d’image visibles sur les photos), provient de Vratislavie (Wrocław) en Pologne ; volume d’environ 3 litres, diamètre : 14 cm ; longueur totale : 30 cm, passage du goulot 24 mm.

Le canot, entré par demi-coques, est presque entièrement en papier aquarelle « Arches » de trois épaisseurs, les vitrages en rhodoïd, les espars en bambou refendu, les pavillons en papier de soie. Les marins et les personnalités sont réalisés à partir de personnages « Preiser » au 1/87ᵉ et 1/100ᵉ déshabillés au scalpel, démembrés et remembrés pour adapter leurs attitudes, robe, ombrelle et chapeaux ajoutés en papier de soie. Les sculptures en ronde-bosse des figures allégoriques sont en mastic polyester sur âme de fil de laiton, la rambarde du roof en métal photo découpé. Toutes sont dorées à la feuille d’or 24 carats triple épaisseur. Plus épaisse, donc plus solide et plus maniable que la feuille d’or simple, les feuilles de 8 cm x 8 cm permettent d’envelopper intégralement sur plusieurs tours les volumes complexes, notamment celui des Amours portant la couronne, et ainsi de couvrir l’intégralité des facettes et des creux en une seule application. Les filets décoratifs sont tracés au tire-ligne à main levée, les rinceaux, les poissons et les coquilles des avirons sont peints à la gouache vinylique Lefranc Bourgeois ton or iridescent avec cernes et rehauts à l’ocre rouge ; les trophées en bas-relief du rouf avec la même peinture épaissie par déshydratation pour leur donner du relief. Cette gouache indélébile est une bonne imitation de l’or, sans toutefois en avoir l’éclat - inimitable. La décoration extérieure à la bouteille (ruban surmonté d’une couronne de lauriers qui évoque le logo de l’AAMM, encadré d’un côté par deux ancres et de l’autre par deux aigles impériaux, anciens insignes de col), ainsi que l’insigne de béret TDM (Troupes de Marine) en laiton doré estampé au revers « Coinderoux Paris ». Pour l’esthétique de l’ensemble, j’ai pris la liberté de laisser la coursie en bois naturel (buis), aujourd’hui rouge délavé sur l’original. J’ai supposé le dernier banc de nage déposé et le précédent non occupé afin de permettre aux passagers de profiter pleinement de l’espace très exigu situé devant la double porte, pour se montrer au public et bénéficier du spectacle : voiliers, vapeurs yachts et fortifications pavoisés, emplis de spectateurs. Il n’y a donc que 24 nageurs.

L’échelle est proche du 1/100e, ce qui est une coïncidence. En effet, les dimensions du canot sont déterminées par son intégration harmonieuse dans le volume du flacon et celle-ci dépend entre autres de la hauteur d’eau qui détermine la largeur totale nécessaire pour abaisser les avirons sans toucher les parois de verre, mais qui ne peut être trop élevée sous peine d’alourdir l’effet de masse. Il faut aussi laisser un peu d’espace tout autour du canot, les avirons sont représentés à la fin de leur poussée à l’instant où ils sortent de l’eau, pour en montrer la décoration.

Réalisé d’après la monographie publiée par l’AAMM, la peinture « Visite de Napoléon III à Brest, 11 août 1858 » par Auguste Mayer (Musée national de la Marine), les photographies de 1858, 1922 et actuelles, la photographie du modèle réduit réalisé par le Général Angenot en 1967 (©MnM /A.Fux).

Gérard Aubry

Remonter

Mentions légales |  Données personnelles
© Les Amis du Musée de la Marine 2016-2021

Mentions légales
Données personnelles
© AAMM 2016-2021