Connexion

    ACTUALITÉS    LIRE ET RELIRE


Neptune au musée
Puissance, identités et conflits dans les musées maritimes et navals

Sous la direction de Patrick Louvier
Presse Universitaires de Rennes, 2013

Les musées maritimes et navals dont l’expansion et la diversification thématique ont été remarquables ces trois dernières décennies représentent, à l’orée de ce siècle, une branche importante de la « galaxie » muséale. La profusion des musées de la mer et des gens de mer, très sensible depuis les années 1970, a suscité plusieurs études patrimoniales, historiques et géographiques.

Dans les pays européens et occidentaux, les musées des ports et des métiers de la mer ont répondu au désir régional et local de préserver et d’honorer la mémoire des générations passées dont les savoirs oraux, les gestes et les outils souffrirent, à la fin des Trente Glorieuses, des difficultés industrielles, commerciales et halieutiques qui laminaient les sociétés industrialo-portuaires comme le monde de la pêche. À Saint-Tropez, Liverpool, Palavas, Gosport, Bristol ou Dunkerque, les musées maritimes servent une politique de reconstruction apaisée d’un passé brutalement renversé par la massification des loisirs, la nouvelle division internationale des espaces littoraux et la reconversion des friches portuaires et industrialo-portuaires. S’ils offrent également un discours scénographié sur les identités maritimes nationales présentes et passées, les musées navals stricto sensu ne sont pas des entreprises locales ou régionales, mais émanent du pouvoir central et des grandes institutions navales qui cherchent à donner sur le destin maritime de la nation, ses hauts faits d’armes et sa puissance passée et future un discours cohérent, qu’il soit héroïque, doloriste, nostalgique, corporatiste ou triomphaliste. Si la genèse et plus encore les thématiques comme l’ambition des musées maritimes et navals présentent de grandes différences, tous parlent en définitive d’une même réalité, la dureté des entreprises maritimes, et d’une même aspiration, la puissance. Figées ou mobiles, les scénographies des musées maritimes et navals contemporains sont bien les vectrices d’images et de discours lourds de sens pour les institutions muséales, les municipalités et les pouvoirs publics. Imagine-t-on Dunkerque sans parler de Jean Bart, de l’Empire et des deux guerres mondiales? Peut-on mettre en scène le passé maritime de Liverpool, Nantes, Bordeaux et Bristol sans montrer la Traite ? Comment exposer le Sabordage à Toulon ? Passionnante, l’exposition des collections s’avère parfois délicate à conduire pour les conservateurs et leurs donneurs d’ordre, institutionnels et politiques, de plus en plus sensibles aux enjeux mémoriels et identitaires, réels ou supposés. La scénographie de ces passés belliqueux, douloureux et conflictuels est également lourde de sens pour les historiens qui peuvent apporter à ces remarquables lieux de mémoire et d’histoire que sont les musées maritimes et navals un certain nombre de savoirs et de pratiques permettant l’analyse des appareils scénographiques, et le décryptage des amnésies et des surreprésentations. C’est à cette investigation « muséohistorique » que les contributeurs de ce livre ont bien voulu apporter leur expérience, leur savoir et leur curiosité.

226 pages
prix : 20,00 €
format : 17.5 x 25 cm
ISBN : 978-2-7535-2827-7

Remonter

© Les Amis du Musée de la Marine 2016

© AAMM 2016